23/03/2016 - 00h00

Marine Partaud : "Je suis vraiment accro au tennis !"

Marine Partaud a brillé lors des Internationaux de Gonesse (ITF Féminin, 10 000$). La joueuse de 21 ans, licenciée à Levallois, a atteint le dernier carré en simple et remporté le titre en double.

Vous avez vécu une très belle semaine à Gonesse, en atteignant la demi-finale. Vous avez battu notamment la tête de série n°1 Stéphanie Foretz (au deuxième tour, 6/3, 6/3). Pouvez-vous nous en dire plus ?

J’ai bien joué, je me suis bien sentie. J’étais dans de bonnes conditions, car je dormais chez ma famille, ça change un peu de la routine hôtel-resto qu’on a toute l’année. En plus, mon copain est venu me voir pour deux matchs. C’est toujours plus sympa. Par ailleurs, le public et l’organisation du tournoi de Gonesse ont été vraiment parfaits. Tout cela a contribué à me porter et à me faire bien jouer.

Vous avez en plus remporté le double avec votre partenaire Laetitia Sarrazin…

Oui, ça fait plaisir. Ça faisait quelque temps qu’on ne passait pas loin. En Angleterre, on a perdu deux fois en demi-finales au super tie-break contre des belles équipes. Avec Laetitia, on s’entend très bien ! On va faire plein de doubles toutes les deux et j’espère qu’on va en gagner d’autres.

Le double est-il un objectif important ?

Je ne le travaille pas forcément, mais ça m’aide beaucoup pour le jeu vers l’avant. En progressant en double, tu progresses en simple indirectement. Ce type de jeu fait travailler les réflexes, la volée, la montée au filet, le service. Ce sont de bons entraînements.

Quelle est votre structure actuelle ?

Je suis toujours licenciée au club de Levallois mais je m’entraîne en indépendante avec Camile Pin. On joue à Roland-Garros et un peu à Levallois. Laetitia Sarrazin est venue aussi s’entrainer avec Camille, un peu par hasard, et on s’entend bien toutes les trois. Il y a une bonne ambiance, une véritable osmose. Il n’y a pas de concurrence mal placée.

Sur quels secteurs travaillez-vous aujourd’hui ?

J’essaye de développer au maximum mon jeu vers l’avant, et c’est en cela que le double m’apporte beaucoup. J’essaye de garder ma base de contreuse de fond de court, tout en développant mon jeu à la volée pour faire mal et conclure plus rapidement.

Quelle va être votre programme pour les semaines à venir ?

Cette semaine, je suis au Havre pour un tournoi ITF Féminin. Après je vais sûrement faire une tournée en Italie ou au Brésil, durant 2 à 3 semaines.

Quelles sont vos ambitions pour cette année ?

Je ne me fixe pas d’objectifs précis. Si je joue bien et que je fais mon boulot en étant rigoureuse tous les jours, je vais monter au classement et être récompensée. Je me concentre sur mon jeu. J’aimerais gagner des 10 000$ et bien jouer sur les 25 000$.

Vous avez déclaré un jour que vous étiez une « dingue » de tennis… C’est toujours le cas ?

(Rires) Oui, c’est toujours vrai, mon cas s’est même aggravé ! On s’entraîne, tous les jours, dur pour réussir. Souvent, des gens me disent : « T’en a pas marre de taper dans une balle jaune tous les jours ? » Et je réponds... non. Quand je ne joue pas pendant une journée où deux, ça me manque. Je suis arrivée au Havre lundi, et je n’avais plus joué depuis samedi. J’avais pourtant fait au moins 10 simples en quelques jours… mais ça me manquait vraiment. Les gens ne se rendent pas compte. Je suis vraiment accro !