Myrtille Georges, victorieuse à Grenoble de son premier 25 000 dollars.

09/02/2016 - 17h40

Myrtille Georges : ''Objectif qualifs de Grand Chelem''

Myrtille Georges a signé une superbe semaine en triomphant à l’Engie Open de l’Isère (25000$), à Grenoble. La Française de 25 ans a battu en finale la Néerlandaise Indy de Vroome (7/6, 6/2). Elle nous parle de cette belle victoire, de sa structure, et de ses objectifs.

Vous n’étiez pas tête de série à Grenoble et beaucoup de favorites se trouvaient dans votre partie de tableau. Comment avez-vous abordé ce tournoi ?
J’ai essayé de jouer avec relâchement. J’avais de bonnes sensations, je frappais bien la balle. Au cours de la semaine, j’ai bénéficié de deux abandons, ça m’a permis de ne pas trop puiser dans mes réserves, d’être fraîche pour la suite du tournoi, et de pouvoir jouer un bon tennis.

Comment s’est déroulée cette finale face à Indy De Vroome ? Votre adversaire non plus ne figurait pas parmi les mieux classées du tournoi.
J’étais un peu tendue. Mon adversaire m’a mis tout de suite sous pression, alors que, de mon côté, j’ai eu du mal à rentrer franchement dans mon match. Pourtant, après quelques points, j’ai réussi à me détendre et à pratiquer le tennis que je voulais. J’ai pu bloquer son jeu, pour que ce soit moi qui dirige l’échange. Je savais qu’elle pratique un tennis à risques, avec un service à double tranchant. Elle a fait beaucoup d’aces, mais aussi pas mal de doubles fautes. Au final, ça m’a permis de gagner beaucoup de points facilement. En remportant le premier set au jeu décisif, j’ai senti que je lui avais fait mal mentalement. J’ai alors pu me relâcher.

C’est votre première victoire sur un 25000 dollars…
Oui, c’est le premier tournoi que je remporte dans cette catégorie ! Je suis donc très satisfaite du résultat, mais aussi de mon niveau de jeu. C’est une grande fierté.

Sur le plan de l’organisation, où en êtes-vous aujourd’hui ? Quelle est votre structure actuelle ?
Aujourd’hui, je suis licenciée au TCBB, le club de Boulogne-Billancourt. J’ai le même coach depuis l’âge de 11 ans, Yves Rodet. Je m’entraîne toujours dans la même structure privée avec lui, mon préparateur physique et mon préparateur mental. C’est un fonctionnement qui me convient.

Quel est votre programme pour la suite ? Quel sont vos objectifs à court et moyen terme ?
Je vais partir trois semaines au Brésil, jouer des 25 000$ sur terre, afin de chercher des points, d’améliorer mon classement, et de pouvoir rentrer dans les tournois WTA. Grâce à ma victoire à Grenoble, je devrais accéder au top 200. Un des gros objectifs pour la fin de l’année, c’est rentrer dans les « qualifs » de Grand Chelem, notamment à Roland-Garros… Etre dans ce tableau, pour une Française, c’est juste un rêve. Et puis, pourquoi pas, intégrer le top 100, voire mieux... L’essentiel, c’est de se donner tous les moyens pour aller le plus haut possible, et ne pas avoir de regrets.

Emmanuel Bringuier