Open d’Australie : Corentin Moutet comme un grand | Fédération Française de Tennis

13/01/2018

Open d’Australie : Corentin Moutet comme un grand

À 18 ans, Corentin Moutet s’apprête à disputer son premier tableau principal en Grand Chelem. Ce sera ce lundi contre Andreas Seppi.

“C’est un honneur.“ Corentin Moutet n’est pas du genre à mâcher ses mots. Pas plus aujourd’hui, à 18 ans, que dans ses (plus) jeunes années. Se voir offrir par la FFT la possibilité de disputer l’Open d’Australie et par là-même son premier tableau de Grand Chelem, le 155e mondial en savoure la valeur chaque jour depuis qu’il a appris la nouvelle. “Je pense que je la mérite, poursuit avec recul le gaucher parisien, mais je suis content que la FFT me fasse confiance et que je sois récompensé de mes résultats. C’est une vraie chance“

Des résultats que l’intéressé dit n’être “pas dingues“ avant de reconnaître : “mais j’ai fait une bonne fin d’année“. De fait. Entre mi-septembre et mi-octobre 2017, “Co“ a remporté deux Futures, disputé la finale d’un troisième, avant de gagner un Challenger. Voilà qui pose tout de même son prétendant au plus haut niveau. “Il a battu une dizaine de joueurs dans les 100 qui sont aujourd’hui dans le tableau principal ici à Melbourne, souligne son entraîneur Laurent Raymond. Alors, bien sûr il est 150e, mais il n’est pas loin. Il a le niveau.“

Se tester en cinq sets

Pas question pour autant de s’enflammer. Ceux qui le connaissent le savent bien : Corentin Moutet, demi-finaliste du tournoi juniors l’an passé, n’est pas du genre à s'arrêter longuement sur sa petite personne. “Entre les juniors et le tournoi adulte, précise-t-il, il y a vraiment un niveau d’écart.“ Son adversaire au premier tour, ce lundi, sera l’expérimenté italien Andreas Seppi. “On va dire que de toute façon, ils sont tous mieux classés que moi, sourit-il, donc il n’y a pas de bon ou de mauvais tirage. Il n’y a que du bon à prendre.“

Notamment profiter de l’occasion de se tester pour la première fois sur un match en trois sets gagnants. “C’est un garçon qui a beaucoup de qualités, explique le préparateur physique fédéral Paul Quétin. Il a pour lui déjà des qualités essentielles pour un joueur de tennis : une grande capacité de déplacement sur le court, une très belle couverture de terrain, il est rapide, très coordonné et a le coup d’œil. Mais il n’a jamais joué de match en cinq sets, il n’a aucune expérience des matches longs. Cela va être intéressant pour cela aussi car la capacité à garder la qualité dans le temps est très importante.“

Camus, Saez et jeux vidéo

Au-delà du résultat du premier tour de ce lundi face à Andreas Seppi, Corentin Moutet et son équipe voient cette première expérience australienne comme “un point de départ sur le grand circuit“, comme le dit Laurent Raymond. Qui poursuit : “quoi qu’il arrive, pour moi, en tant qu’entraîneur, il ne sera pas jugé sur ce match-là. D’abord parce qu'on ne juge pas un joueur sur un match et on ne juge pas tout court un joueur. On fait simplement des analyses et des bilans de la situation pour continuer à avancer.“

Féru de lecture, de Camus à Baudelaire, amoureux de chanson “à texte“ de Brel à Saez en passant par… Allain Leprest (suprenant chez un jeune homme de 18 ans !), pianiste intermittent par pur plaisir depuis qu’il s’y est mis il y a un peu moins de trois ans afin de passer le temps alors qu’il se remettait d’une blessure, “Co“ a visiblement le même souci d’exigence dans tout ce qu’il entreprend. Et une volonté farouche de “ne pas laisser la routine s’installer. Je m’intéresse à plein de choses en fait. Et je suis aussi capable de jouer aux jeux vidéos pendant quatre heures pour occuper un trajet, que de lire ou dormir !“
 

Cet Open d’Australie, Corentin Moutet entend l’inscrire dans un plan à plus long terme dont Melbourne n’est qu’une première pierre. “Je me suis fixé des objectifs, prévient-il, mais pas en termes de résultats. Je pense que le seul objectif qui ne dépend que de nous, c’est ce qu’on fait nous-mêmes. Pour moi c’est de bien m’entraîner, me faire plaisir pour aller vers ce qui me rend heureux que ce soit dans le tennis ou en dehors.“ “C’est un joueur intelligent, conclut Laurent Raymond, et je lui fais confiance pour faire ce qu’il y a à faire, que ce soit là, à l’Open d’Australie, ou demain.“

(À Melbourne, Myrtille Rambion)

Lire aussi : Ponchet tire le gros lot

Le programme de lundi

Le tableau masculin