18/01/2016 - 10h23

Open d’Australie, J1: Halys, première !

Que s’est-il passé pour le contingent français en ce lundi de début d’Open d’Australie ? Toutes les infos bleues en direct de Melbourne.

La tête (de série) du jour.

Kristina Mladenovic n’a pas traîné pour réussir de la plus belle des manières son entrée en lice à l’Open d’Australie, ce lundi. Sous le soleil et la chaleur de Melbourne Park, “Kiki“ a validé son statut de tête de série n°28 –une première en Grand Chelem pour la Nordiste- en éliminant la finaliste de l’édition 2013 Dominika Cibulkova 6/3, 6/4 en 1h17. Une adversaire redoutable que la protégée de Georges Goven n’avait jamais battue jusque-là en cinq confrontations.

“C’était un match très difficile pour moi, a confirmé l’intéressée. C’était le pire tirage possible en étant tête de série pour la première fois. La jouer au premier tour, c’était un cauchemar ! Je suis vraiment ravie de la battre pour la première fois et en plus, il y avait la manière. J’ai été très solide mentalement.“ Au deuxième tour, la n°1 française affrontera la qualifiée américaine Nicole Gibbs.

La perf du jour. 

Quentin Halys bénéficie d’une wild-card à Melbourne. Et il l’a bel et bien honorée, en signant sa première victoire en Grand Chelem ! Le protégé d’Olivier Ramos, 187e mondial à 19 ans, a dominé Ivan Dodig, 78e (6/4, 6/7, 6/4, 7/5). Au deuxième tour, Quentin Halys affrontera un certain… Novak Djokovic !

“Je suis hyper content de cette première victoire, ma première en Grand Chelem, a commenté Quentin Halys. Merci encore à la FFT de m’avoir permis de jouer ce tournoi directement dans le tableau. Je suis hyper hyper content, je ne réalise pas encore je crois mais je suis très fier de moi.“

Le patron du jour.

Finaliste de l’édition 2008 de l’Open d’Australie, Jo-Wilfried Tsonga affrontait en ouverture de cette campagne à Melbourne le finaliste de 2006. Le Manceau a maîtrisé, malgré la perte du deuxième set : 6/4, 4/6, 6/4, 6/2 en 2h26 minute en toute fin de session sur la Margaret Court Arena.

“Aujourd’hui je suis content, a-t-il analysé, le principal, c’était de sortir vainqueur, ce n’était pas un tour facile. Marcos est un bon joueur, qui peut être surprenant, surtout dans ces conditions, il a beaucoup de supporters ici et il joue toujours son meilleur tennis en Australie donc pour moi, c’est bien d’avancer. Malgré tout je n’ai pas fait un très, très bon match, j’ai eu pas mal de déchet, mais à côté de ça je me suis bien comporté, j’ai été très humble dans ma façon de l’aborder.“

Le plus anticipé du jour.

Le match entre Gilles Simon et Vasek Pospisil avait un avant-goût de premier tour de Coupe Davis, forcément. Même si le vainqueur du jour  “Gilou“ (6/7, 6/3, 6/2, 6/4), a tenu à diminuer la portée de l’événement du jour. “Moi, je prends des informations toute l’année, pas sur ce match en particulier, a-t-il souri. Après, vous, ça vous intéresse plus, du coup !“

La déçue du jour

Océane Dodin, battue par Kurumi Nara 7/6, 6/2 alors qu’elle s’était détachée 4-1, n’a pas caché sa déception. “Un peu comme à ‘Roland’, je commence bien, je joue bien, je me sens bien et je ne sais pas, je dois me prendre un coup de chaud, je ne sais pas ce qui se passe pas, mais je ne sens plus mes jambes. Je me suis mis trop de pression, j'avais trop envie de bien faire. J'ai perdu mon insouciance de l'an dernier.“

La phrase du jour.

De Paul-Henri Mathieu, battu 6/4, 6/4, 6/4 par la tête de série n°7 Guillermo Garcia-Lopez : “C’est dommage de bien se préparer, de bien sentir la balle depuis le début d’année et de, trois jours avant le tournoi, attraper un virus. C’est frustrant.“

Le point météo du jour.

À Melbourne, les conditions de jeu peuvent changer en un rien de temps. Ce lundi d’ouverture de tournoi, la chaleur était au rendez-vous : jusqu’ à 36 degrés mesurés. De quoi rendre la vie difficile sur le court à Pierre-Hugues Herbert, vainqueur de Pablo Andujar (5/7, 6/4, 7/6, 6/2).

“Les conditions étaient complètement différentes de celles que j’avais pu avoir en qualifs, a confié l’Alsacien. Et ça a été un beau combat contre moi-même et mon adversaire car il a fait très chaud.“ Des conditions qui ont eu une incidence directe sur le jeu du Français : “Au premier set, j’ai eu un problème de tension, j’ai renvoyé toutes mes raquettes pour faire ajouter 1,5 kg. En Australie, quand tu te trompes sur la tension, ça ne pardonne pas.“

La pensée positive du jour.

Julien Benneteau s’est incliné face à Nicolas Almagro, mais avec la manière (6/3, 6/7, 6/3, 7/6). Le Bressan s’est montré heureux d’avoir pu tenir physiquement à un tel niveau, sans pépin physique, pour son retour à la compétition en majeur. “Il n’y a pas le résultat espéré, a-t-il expliqué, mais Almagro, même s’il est descendu au classement, est un très bon joueur. On a fait un match très accroché. Il y avait longtemps que je n’avais pas eu cette intensité, ce format. Dans l’ensemble, c’est quand même très positif : physiquement, ça a tenu. C’est ce dont j’ai besoin, faire des matches comme ça et enchaîner sans contre-temps. Le tennis est là.“

Le plus dur avec lui-même.

Benoît Paire n’a pas mâché ses mots. Venu directement en salle d’interview après sa défaite en trois tie-breaks face à Noah Rubin, le 18e mondial a lâché : “Je n’ai rien senti, c’était nul. Finalement, il n’y a pas grand chose à dire, à part que c’était une catastrophe aujourd’hui.“ Le Provençal a gâché deux balles de 2e set (dont un revers 'pénalty') et trois balles de 3e set.

Les résultats complets du lundi 18 janvier.

(À Melbourne, Myrtille Rambion)