20/01/2016 - 13h01

Open d’Australie, J3 : Herbert et Tsonga prennent rendez-vous

Que s’est-il passé dans le contingent français en ce mercredi ? Toutes les infos bleues en direct de Melbourne.

Le Bleu du jour

Pierre-Hugues Herbert, issu des qualifications, s’est offert le droit de disputer pour la première fois un troisième tour en tournoi majeur. L'Alsacien a pour cela livré ce mercredi le match quasi-parfait face à Noah Rubin, qui avait fait chuter Benoît Paire d’entrée de tournoi. “P2H“ a dominé l’Américain, avec force grosses premières (94% de points sur ses premières balles) et moult volées (24/31 au filet) 6/3, 6/4, 6/0.

“Je me méfiais énormément de mon adversaire, a t-il analysé après coup, et je suis entré sur le terrain avec mon plan de jeu. J’avais analysé son jeu, j’avais vu là où Benoît avait un peu péché au tour précédent, je me suis tenu à mon plan et finalement, au fil du match, il n’avait plus de solutions. Je suis très heureux de pouvoir m’en sortir comme ça en trois sets.“ Par la même occasion, Pierre-Hugues Herbert a pris rendez-vous avec un autre Bleu : Jo-Wilfried Tsonga.

La prise de marques du jour

Au moment de pénétrer sur la Margaret Court Arena, Jo-Wilfried Tsonga, justement, ne savait pas forcément à quoi s’attendre de la part de son adversaire du jour, Omar Jasika, et cela lui a valu un départ façon round d’observation. Face à lui, le natif de Melbourne,18 ans, 310e mondial et invité par les organisateurs a su profiter de cet effet de surprise pour le pousser dans ses retranchements dans le premier set. Montrant ainsi qu’il n’a rien perdu de la patte de gaucher qui lui avait permis de remporter l’US Open juniors en 2014 en battant en finale un certain… Quentin Halys.

Une fois le premier set empoché, “Jo“ s’est positionné en mode “croisière“ et s’est imposé 7/5, 6/1, 6/4 en 1h43. “Je ne le connaissais pas du tout et au début, a commenté le Manceau, c’était compliqué car je ne savais pas trop ce qu’il allait faire et où il allait jouer. Du coup, j’avais toujours un petit temps de retard, ce qui m’a obligé à reculer pour avoir le temps de réagir car il était assez surprenant. Mais j’ai réussi à reprendre du terrain et à être plus offensif.“

La “première“ du jour

Kristina Mladenovic a validé pour la toute première fois son ticket pour le 3e tour à Melbourne. Après un départ en trombe face à la qualifiée américaine Nicole Gibbs (6-1 en 21 minutes), celle qui est également pour la première fois de sa carrière tête de série en Grand Chelem (n°28) a concédé le break dans le quatrième jeu de la seconde manche avant de recoller et de s’offrir l’occasion de disputer un jeu décisif. Où elle s’est dans un premier temps fait doubler (4-2 pour Gibbs) avant d’aligner cinq points de suite. Le dernier sur une magnifique gifle en coup droit gagnante (6/1, 7/6).

“Je pense réellement que ce sont des étapes, a analysé la protégée de Georges Goven, que c’est le travail qui paie. Au niveau de l’expérience aussi car quand je reviens ici, où j’ai gagné (en double) j’ai des sensations, il se passe quelque chose. J’ai aussi l’expérience de l’US Open, et j’ai envie de revivre ça, le plus souvent si possible : c’est ce qui m’a permis de travailler encore plus dur cet hiver.“

 

Le chiffre du jour

18. C’est la 18e fois que Gilles Simon sort vainqueur d’un affrontement en cinq sets. Ce mercredi, la tête de série n°14 de l’Open d’Australie, toujours en souffrance avec ses adducteurs, a bataillé pendant près de quatre heures (3h58) pour venir à bout du Russe Evgeny Donskoy, 91e (6/3, 5/7, 7/6, 4/6, 7/5).

“Je vais avoir du mal à être content, a commenté ‘Gilou’ après coup. Je suis assez exigeant envers moi-même et on a souvent l’impression, comme ça, que gagner au 5e, c’est le plus important, alors que… non ! Avec ce qui s’est passé sur le terrain aujourd’hui, c’est dur d’être satisfait de ce que j’ai fait. Après, il reste la victoire et l’opportunité de faire mieux que ça vendredi.“

La phrase du jour

On l’a doit à Gilles Simon, précisément. Amené à comparer son cas à ceux des équipes de football qui, lors de la Coupe du monde, démarrent poussivement mais finissent en trombe et gagnent le titre, le 15e mondial a glissé dans un sourire : “Oui mais, en Coupe du monde de foot, on peut changer les joueurs !“ Avant d’ajouter, en se projetant sur son  troisième tour contre l’Argentin Federico Delbonis : “Si quelqu’un peut me remplacer pour vendredi, ce serait peut-être une bonne idée !“

Le point du jour

Celui que Quentin Halys a réussi, sans avoir même besoin du filet contre Novak Djokovic ! À l’image d’un match où le Français de 19 ans a pris toutes ses chances contre le n°1 mondial, face à qui il s’est incliné mais qu’il a poussé au tie-break dans le troisième set (6/1, 6/2, 7/6).

“Il n’y a pas eu de miracle, a expliqué Quentin Halys à la sortie du court, il est beaucoup plus fort mais j’ai passé un super moment, le public a été top avec moi, je me suis bien lâché. J’aurais aimé prendre ce troisième set, mais j’ai bien fait ma part. Le bilan est plutôt positif.“

(À Melbourne, Myrtille Rambion)