24/01/2016 - 06h19

Open d’Australie, J7 : Simon tout près de l'exploit

Que s’est-il passé dans le contingent français ce dimanche ? Toutes les infos bleues en direct de Melbourne.

Le guerrier du jour.

Opposé au n°1 mondial Novak Djokovic, Gilles Simon a été admirable. Du premier au dernier coup de raquette, 4h32 durant. Le 15e mondial est parvenu à mettre en place son plan de jeu et à faire déjouer le Serbe, que l’on a vu à la peine comme rarement et agacé, et à le pousser aux cinq sets. Avant de caler à quelques mètres de la ligne finish, lorsque “Nole“ a remis un dernier coup d’accélérateur à 2-1 pour lui, 40-0 en faveur de Gilles Simon: là, il est revenu à 40A puis s’est détaché 5-1. Malgré un premier débreak, le Français n’a alors pu empêcher l’inexorable : Novak Djokovic s’est imposé 6/3, 6/7, 6/4, 4/6, 6/3.

“Ç’a été un match intéressant, a commenté Gilles Simon après coup, très dur physiquement. J’ai essayé simplement de l’amener là où j’avais envie de l’amener, ça a bien fonctionné quasiment tout le match. Mais au cinquième, il a réussi à en mettre un peu plus, à faire vraiment les bons coups qui fallait quand il fallait. Il a monté de niveau de jeu et à la fin, il a fait le boulot.“

Le plus stressé du jour.

Boris Becker a eu quelques sueurs froides devant la partition exécutée face à son poulain par Gilles Simon… La preuve.

La première du jour.

Jusqu’à ce huitième de finale contre Gilles Simon, Novak Djokovic n’avait pas concédé le moindre set dans le tournoi. Le Français est même le premier à être parvenu à dérober une manche (au moins) au n°1 mondial depuis son match de poule contre Roger Federer au Masters de Londres, en novembre dernier. C’est dire l’étendue de la performance de “Gilou“…

La phrase du jour.

“Ce match le rend vachement plus humain, du coup !“ De Gilles Simon, plaisantant sur le côté -enfin?- faillible du n°1 mondial, mis à jour par sa formidable performance.

Le chiffre du jour.

100. Le nombre de fautes directes commises par Novak Djokovic. Incroyable ! Mais comme l’a reconnu Gilou : “les meilleurs font toujours plus de fautes directes contre moi que contre les autres, c’est comme ça. Je les fais déjouer.“

Le plus en jambes du jour.

Kei Nishikori a été impressionnant face à Jo-Wilfried Tsonga. Le Japonais a systématiquement pris de vitesse “Jo“, notamment grâce à son revers à deux mains si efficace et son jeu de jambes si rapide. Pourtant le 10e mondial avait entamé la partie sur les chapeaux de roue, à l’image du tout premier point remporté d’un ace à 214 km/h et d’un premier jeu gagné en tout juste deux minutes. Mais derrière, le match a tourné à la démonstration japonaise, même si Jo-Wilfried Tsonga est remonté de 5-1 à 5-4 dans la première manche. Avant de finalement s’incliner en trois sets, malgré quelques belles réactions d’orgueil : 6/4, 6/2, 6/4 en 2h02.

“Il a été très bon aujourd’hui, a commenté Jo-Wilfried Tsonga. C’est assez sec donc il n’y a pas non plus de regrets à avoir, même si j’aurais aimé être meilleur dès le début. Donc bon, je sors du tournoi avec des choses positives mais il y a cette défaite, bien sûr, qui vient mettre un coup d’arrêt dans une bonne dynamique.“

L’erreur tactique du jour.

Dans la préparation du match de Jo-Wilfried Tsonga. C’est l’analyse qu’a livré le Manceau après sa défaite. “Ça arrive, hein !, a-t-il expliqué dans un sourire. On n’est pas infaillible.“ Et de préciser : “ça c’était plutôt bien passé quand je l’ai joué à Roland-Garros (victoire de Tsonga en quarts de finale du tournoi 2015, ndlr) et je me suis dit que j’allais appliquer la même méthode. Sauf que je n’avais peut-être pas bien pris en compte le fait qu’il s’agissait d’une surface vraiment très différente et que ça marcherait moins bien.“

La précaution du jour.

On a vu Jo-Wilfried Tsonga essayer de se décoincer le dos pendant son huitième de finale. À 4-1 en faveur de son adversaire dans le deuxième set, le Manceau est même sorti du court pour recevoir un traitement médical. Mais “Jo“ a tenu à rassurer à l’issue de la rencontre: “J’avais une raideur au niveau du dos, ce sont des choses qui arrivent, que je ne peux pas contrôler donc quand c’est là, il faut faire avec. Mais aujourd’hui, j’avais un adversaire beaucoup trop fort pour arriver à passer au-dessus. Mais il n’y a pas d’inquiétude à avoir, tout devrait rentrer dans l’ordre d’ici quelques jours.“

Par “précaution“, a-t-il ajouté, le 10e mondial a préféré se retirer du double mixte où il était inscrit aux côtés de Kristina Mladenovic et dont il devait disputer le premier tour dans la foulée de son huitième.

(À Melbourne, Myrtille Rambion)