25/01/2016 - 07h39

Open d’Australie, J8 : un premier quart pour Monfils !

Que s’est-il passé dans le contingent français ce lundi ? Toutes les infos bleues en direct de Melbourne.

La première du jour.

Gaël Monfils s’est qualifié pour son tout premier quart de finale à l’Open d’Australie, en dominant le Russe Andrey Kuznetsov 7/5, 3/6, 6/3, 7/6 en 2h37 ce lundi. La Monf’ a également connu sa première saute de concentration du tournoi en raison d'une mauvaise chute (lire par ailleurs), mais s’est bien repris. Il a été particulièrement efficace au service : 14 aces et 81% de premières balles. Face à lui, le champion de Wimbledon juniors en 2009 lui a présenté une belle résistance, notamment avec son revers à deux mains si efficace. Mais Gaël Monfils a su placer le petit coup d'accélérateur salutaire pour empocher le tie-break du quatrième set.

“Je n’ai pas produit du grand tennis, c’est vrai, a analysé Gaël Monfils après coup. Mais ce n’était pas simple : il frappait très fort des deux côtés, il distribuait bien, j’avais du mal à lui rentrer dedans. Mais dans les moments importants, j'ai été solide, je suis arrivé à imposer un jeu un peu plus agressif et c’est ce qui m’a permis de gagner.“

Le chiffre du jour.

7. Gaël Monfils s’est qualifié pour son septième quart de finale en Grand Chelem. Le premier à Melbourne, donc, à sa onzième tentative. Il y retrouvera Milos Raonic, tombeur de Stan Wawrinka (6/4, 6/3, 5/7, 4/6, 6/3 en 3h44).

Le plongeon du jour.

À ‘la Monf’“… Ce décollage façon superman, à 3-2 dans le deuxième set, n’a malheureusement pas permis au 25e mondial de remporter le point. Il aurait même pu lui coûter davantage…

La frayeur du jour.

Celle que s’est donnée Gaël Monfils après ce plongeon, justement . Derrière, la Monf’a pris un medical timeout de 10 minutes pour se faire soigner aux doigts de la main droite, avant de concéder le deuxième set. Plus de peur que de mal au final, mais il a tout de même fallu une radio pour le confirmer.

“Je me suis fait mal, a confié le Français. Ma raquette est retombée sur mon doigt et j’ai une entaille assez profonde. D’ailleurs, ils (les médecins du tournoi, ndlr) ont hésité à me mettre des points. J’ai un hématome, mon doigt a bien gonflé, donc on a eu peur que je me sois cassé le doigt mais non, il n’y a pas de lésion, pas de fracture… Avec la compression, la glace et les anti-inflammatoires, ça devrait aller mieux dans quelques jours.“

La phrase du jour.

“J’avais un mal de chien, j’ai fait semblant que ça allait“. De Gaël Monfils, toujours.

Le quart du jour.

Celui atteint, dans le tableau du double messieurs, par la paire Adrian Mannarino-Lucas Pouille. Après s’être offert au tour précédent les tenants du titre Simone Bolelli et Fabio Fognini, les deux “Frenchies“ ont dominé les Colombiens Juan Sebastian Cabal et Robert Farah, ce lundi au troisième tour (6/3, 7/6). Et sans avoir concédé le moindre break depuis le début du tournoi. “On joue vraiment beaucoup plus relâché qu’en simple, même si on a envie de gagner, bien sûr", a commenté Lucas Pouille.

“Être relâchés, je pense que ça nous aide à bien jouer, a poursuivi Adrian Mannarino. Mais même si on n’avait pas ce niveau de relâchement, on pourrait aussi très bien jouer parce qu’on a tous les deux un très bon niveau de tennis, souvent supérieur à celui des joueurs de double qu’on a en face. Après, on n’a pas tous les automatismes qu’ils ont mais quoi qu’il arrive, si on décide de jouer un match sérieusement ensemble, on a un niveau de jeu assez bon.“

La principale force de ce duo qui se connaît bien mais n'avait joué ensemble qu'une seule fois, à Wimbledon, auparavant ? “Déjà, il y a un gaucher et un droitier, a analysé Lucas Pouille. Ça gêne souvent, notamment au niveau du retour : les adversaires n’ont jamais la même balle à retourner. Ça ne vient jamais au même endroit, jamais avec le même effet.“

Le défi du jour.

Menées 6-1, 4-1 par Julia Goerges et Karolina Pliskova, Caroline Garcia et Kristina Mladenovic se sont trouvées face à une tâche des plus ardues. Les Bleues ont tout donné pour relever le défi, mais elles ont finalement calé de justesse dans le tie-break de la deuxième manche (7 points à 5) et se sont inclinées 6/1, 7/6. Leur route australienne s’arrête donc au troisième tour.

Le plus "bleu" du jour.

Le tirage au sort du tournoi de tennis en fauteuil, qui a eu lieu ce lundi, à Melbourne, en a décidé ainsi : Stéphane Houdet et Nicolas Peifer s’affronteront d’entrée, mercredi.

“Le point positif, a commenté dans un rire Stéphane Houdet, c’est qu’il y aura un Français en demi-finale ! On se connaît très bien, en plus, on s’est joué presque coup sur coup ces derniers temps. On s’est joué aux championnats de France, aux Etats-Unis, à Sydney la semaine dernière… Cela risque d’être un match très accroché une nouvelle fois.“

 

(À Melbourne, Myrtille Rambion)