Open d’Australie (juniors) : Clara Burel, “de nouvelles émotions“ | Fédération Française de Tennis

27/01/2018

Open d’Australie (juniors) : Clara Burel, “de nouvelles émotions“

Jeunes

Clara Burel a été battue en finale de l’Open d’Australie juniors par la tête de série n°2 En Shuo Liang (6/3, 6/4). De la déception, mais un bilan extrêmemen positif. Interview.

Clara, il y a de la déception, on le voit sur votre visage, mais cela restera une magnifique semaine et une très belle expérience…
Forcément, il y a beaucoup de déception, c’est toujours dur de perdre en finale, mais je vais essayer de ne retenir que le positif, oui… C’est-à-dire d’avoir réussi à aller en finale, d’avoir battu des bonnes joueuses et fait des bons matches.

Vous êtes-vous étonnée sur certaines choses que vous êtes parvenue à faire sur le court pendant le tournoi ?
Oui, sûrement. Pour l’instant, je ne me rends pas vraiment compte, mais je pense que je vais arriver, à froid, à analyser tout ce que j’ai fait, pour pouvoir repartir au travail.

Il faisait très chaud (35° à l’ombre) aujourd’hui, est-ce que cela a pu jouer dans la manière de gérer l’événement ?
C’est vrai que la chaleur m’a beaucoup gênée, en plus, avec le stress, j’avais du mal. J’étais essoufflée vite, j’avais du mal à respirer, mais bon (elle souffle), je n’ai pas réussi à trouver mon niveau de jeu. Du tout…

En termes de gestion de l’avant finale, y a-t-il eu un peu plus de stress que d’habitude ? Comment l’avez-vous vécu ?
Oui, forcément un peu plus de stress et de pression, mais j’ai essayé d’aborder cette finale comme tous les autres matches. Maintenant, est-ce que j’y suis arrivée ? Oui et non ! (rires)
 

Comment résumeriez-vous votre expérience de l’Open d’Australie cette année ?
C’était une super semaine, vraiment. J’ai vécu plein de choses, plein de nouvelles émotions, mais j’ai du mal à vraiment décrire cela pour l’instant…

C’est très encourageant pour la suite.
J’espère que ça appellera beaucoup d’autres semaines comme celle-ci (sourire). Ça me permet de voir aujourd’hui où j’en suis, le nouveau classement que je vais avoir, plein de choses. Maintenant, je vais me tourner beaucoup plus vers les tournois pros mais je vais continuer à jouer en Grand Chelem juniors. À Roland, c’est sûr !

Roland-Garros, c’est un objectif ?
Oui. C’est un peu comme ici… mais en mieux ! C’est à la maison ! En plus, normalement, ma surface préférée, c’est la terre battue, mais avec cette semaine ici, je ne sais plus ! (rires)

(Propos recueillis par Myrtille Rambion, à Melbourne)