27/01/2016 - 14h31

Open d’Australie : Raonic éteint Monfils

Gaël Monfils a été stoppé en quarts de finale de l’Open d’Australie par un impressionnant Milos Raonic (6/3, 3/6, 6/3, 6/4 en 2h17).

Gaël Monfils le savait, la montagne allait être compliquée à franchir, pour atteindre le dernier carré de l’Open d’Australie. Et de fait, face à lui ce mercredi, pour un avant-goût du France/Canada qui attend les Bleus en Guadeloupe, le Canadien Milos Raonic a impressionné. Au service, bien sûr. Pas tant sur le nombre d’aces -10 pour lui contre 14 à la Monf’- qu’avec sa vitesse de première balle, régulièrement chronométrée entre 220 et 230 km/h. Mais c’est surtout un festival de coups gagnants qu’a réussi l’élève de Ricardo Piatti et de Carlos Moya (47) pour s’imposer 6/3, 3/6, 6/3, 6/4 en 2h17.

“C’était un match pas facile, a confirmé Gaël Monfils après coup, qui s'est joué à un break dans chaque set et à quelques petites opportunités, même pas pour mener, mais pour revenir que je n’ai pas su saisir.“ Pas une vraie source de frustration chez le Français, tant “Milos était plus fort“, mais tout de même de quoi ressentir un peu de “déception sur quelques jeux de service, pas mal négociés, mais que j’aurais pu jouer mieux tactiquement.“

Du bon mentalement

Gaël Monfils n’a, à son habitude, pas rendu les armes pour autant, il est même parvenu à arracher un set au deuxième homme très en forme en ce début de saison (avec Novak Djokovic), puisqu'il n'a toujours pas perdu un match en 2016. Mais une fois la deuxième manche concédée, Raonic “en a remis un peu. Au début du troisième, il a tout de suite bien retourné, moi j’ai tenu ce que j’ai pu. Dans ce secteur, il a beaucoup progressé. Il retourne tout et fort. Et même en revers, où il est encore un peu faible par moments, il en lâche davantage et plus fort désormais“.

La Monf’ gardera malgré tout de bons souvenirs du meilleur Open d’Australie de sa carrière. “Il y a eu des bons matches, s’est-il réjoui, il y a eu des bonnes choses. Mentalement, j’étais bien. Pourtant, ce n’était pas facile : très tôt les têtes de série ont perdu, très vite beaucoup de personnes m’ont dit que j’avais un bon tableau et ce n’était pas évident de gérer la pression extérieure. Globalement je suis plutôt satisfait de la manière dont je me sui sorti des matches-piège.“

 

(À Melbourne, Myrtille Rambion)