Wimbledon, J9 : Mannarino a tout donné | Fédération Française de Tennis

11/07/2017

Wimbledon, J9 : Mannarino a tout donné

Adrian Mannarino a été battu en trois sets par Novak Djokovic, ce mardi en huitièmes de finale (6/2, 7/6, 6/4). Mais il a été vaillant.

Même en pleine possession de ses moyens physiques, tout joueur sait qu’affronter Novak Djokovic est toujours un défi. Adrian Mannarino en avait déjà fait l’expérience l’an passé, au deuxième tour de Wimbledon. Mais ce mardi sur le Centre Court, le gaucher francilien n’était en plus clairement pas à son avantage. La faute à des ischios récalcitrants et à une hanche visiblement douloureuse. Le 51e mondial, déjà huitième de finaliste au All England Lawn Tennis and Croquet Club il y a quatre ans, s’est souvent tenu le bas du dos pendant ses trois sets face au Serbe. Mais il n’en a pour autant pas baissé les bras.

“Manna“ a été vaillant. Très vaillant, même. Peinant à trouver son rythme d’entrée, face à un Novak Djokovic n’entendant pas masquer son agacement de devoir jouer ce match sous le toit du central ce mardi alors qu’il aurait pu l’être quelque seize heures plus tôt et par conséquent pressé d’en finir, il a concédé le break dès le deuxième jeu. Une aubaine pour son adversaire qui a empoché la première manche 6-2 . Derrière, la punition aurait pu être la même. Mais cela n’a pas été le cas. Breaké dès le deuxième jeu de la deuxième manche, encore, Adrian Mannarino a commencé à mieux temporiser et à distiller sa cuisine de gaucher, à base de revers rasants, d’amorties, de slices et de variations bien maîtrisées. Au point de réussir le débreak (4-3) et d’y croire, face à un 4e mondial un peu dans la précipitation.

 

Poussé au tie-break, le Serbe a vu le “Frenchie“, plutôt en verve au service (70% de premières sur l'ensemble de la rencontre) poursuivre sur sa lancée et s’y détacher 4-2. Mais, piqué dans son orgueil, “Nole“ en a remis dans sa raquette pour le pousser assez systématiquement à la faute et aller chercher ce jeu décisif 7-5 à la faveur d’un service gagnant. Dès lors, Adrian Mannarino avait laissé passer sa meilleure chance dans ce huitième de finale. Le break réalisé dans le troisième jeu d’un revers long de ligne imparable et Novak Djokovic s’est dirigé vers une victoire inéluctable, scellée à sa troisième balle de match sur un coup droit de “Manna“ resté dans la bande après un très long échange.

“J’avais une belle occase pour prendre le deuxième set, a analysé Adrian Mannarino. Après, même si on est à un set partout, il en reste deux à gagner, contre un joueur de ce niveau-là, c’est long. Mais c’est vrai que j’aurais pu le pousser un tout petit peu plus dans ses retranchements et c’est dommage, ça se joue à pas grand-chose. Mais dans ces moments chauds, ce sont souvent les joueurs comme Djoko, Murray, Rafa qui font tourner le match en leur faveur et malheureusement, je n’ai pas réussi à faire la différence aujourd’hui.“

Quant à son physique, “Manna“, n’a pas cherché à en faire une excuse : “J’avais les jambes qui tiraient un peu, des petites douleurs à gauche à droite, mais ça n’entachait pas mes capacités à jouer à 100%. J’ai juste eu un petit problème au dos en début de match mais c’est passé au bout d’un set.“

(À Wimbledon, Myrtille Rambion)
 

 

Le tableau masculin
Les résultats complets du mardi 11 juillet

Lire aussi : Wimbledon, J8