Alain Fischer, Secrétaire général | Fédération Française de Tennis

Alain Fischer, Secrétaire général

• Âge : 67 ans
• Situation familiale : marié, 2 enfants
• Activité professionnelle : retraité de l’aviation civile – Ingénieur divisionnaire du Contrôle de la navigation aérienne
• Club : Set Club Tennis d’Aix-en-Provence (ligue de Provence)
• Meilleur classement : 15/5 (années 1990)
• Parcours de dirigeant bénévole : cofondateur et vice-président du TC Velaux (1980/1983) ; arbitre et juge-arbitre régional (1981/1992), dont 2 ans juge de ligne à Roland-Garros ; président du Comité (1993 à 1996) ; président de la ligue de Provence (1997 à 2017) ; membre du comité directeur de la FFT depuis 1997 ; vice-président de la FFT chargé de la compétition, du classement et de l’arbitrage de 2005 à 2008 ; chargé de mission auprès du Bureau fédéral sur les nouveaux membres de 2015 à 2017 ; membre du comité directeur du comité régional olympique et sportif Provence-Alpes depuis ; membre de la commission territoriale du Centre national pour le développement du sport PACA depuis 2009 et coprésident depuis 2016.

En quoi consiste votre mission ?
Officiellement, ma mission est de seconder le président dans toutes les fonctions d’animation et de coordination de la Fédération. Je suis en train de prendre doucement connaissance de ce nouveau poste, qui touche à beaucoup de domaines, et je suis loin d’en avoir fait le tour pour l’instant ! Précisément, il s’agit de toutes les tâches d’animation, d’organisation, de coordination entre les différents élus. Par exemple de préparer l’ordre du jour du Comité exécutif, de réaliser les comptes rendus ou encore tout ce qui concerne les relations avec le Conseil supérieur du tennis. Ce sont les missions principales, auquel s’ajoute naturellement tout ce que le président me confie.

Quel est votre chantier prioritaire ?
Avant tout, il s’agit de bien coordonner tout ce qui est lancé : les réunions du Comex, les relations avec le CST, les relations avec les services et les élus en charge des différents domaines d’activité. Mais j’ai également une mission très précise : le suivi de la réforme territoriale. C’est un dossier extrêmement prioritaire, car toutes les ligues concernées vont devoir fusionner avant la fin de la saison sportive. Nous travaillons sur cette mission avec le service juridique fédéral. C’est la priorité absolue : tout doit être terminé le 30 septembre au plus tard. Je gère ce dossier en direct et il faut à tout prix le finaliser dans les temps.