08/11/11 - 15:42

«Roger Federer, comment vous sentez-vous après votre titre conquis "à la maison" ?

Après avoir remporté mon premier match, j’étais plus relâché. Le danger, c’était de revenir après six semaines d'arrêt, subir une défaite rapide et enchaîner avec un tableau difficile à Paris. Me retrouver en demi-finales avec trois matches dans les jambes, ça m'a fait du bien. J'ai pu alors me concentrer sur mon tennis et non pas sur mes activités extra-sportives comme la promotion de l'événement, les médias... A la fin, j’étais totalement focalisé sur le tournoi. Je me sens bien, je n'ai aucun problème physique. Je suis content d’être ici et je veux bien faire. Ce sera une semaine difficile, jouer cinq matches en une semaine c'est beaucoup, mais je l’ai fait à plusieurs reprises et j’espère le reproduire.

Bercy est l'un des rares titres qui manquent à votre palmarès. C'est une source de motivation supplémentaire...

Il n’y a aucun doute, j’aimerais m’imposer à Bercy. Je n’ai jamais atteint la finale ici. Je ne dirais pas que c’est une surprise mais j’ai réussi de belles choses dans d’autres tournois indoor, comme à Marseille ou Rotterdam quand j’étais plus jeune (respectivement vainqueur en 2003 et 2005, ndlr). Ne jamais avoir atteint la finale ici (en huit participations), c’est un peu décevant pour être honnête. Mais il y a pas mal de raisons à ça : les blessures, les adversaires, le court central, sur lequel je ne me suis pas toujours senti à l’aise, et la préparation. Elle n'a pas toujours été optimale, le tournoi se déroulant après Bâle, où j’ai toujours disputé beaucoup de matches. Ainsi, je n’ai jamais eu quatre jours avant de débuter ici, comme c'est le cas pour d'autres épreuves.

Votre premier adversaire sera Adrian Mannarino, que vous avez battu à Wimbledon, cette saison… 

Ah bon ? Il a gagné ? Je ne le savais même pas. Il a gagné hier (lundi) ? Il avait bien joué à Londres. J’étais surpris qu’il ne me fasse pas plus mal d’ailleurs. On était sous le toit et je pense qu’avec ses coups à plat de gaucher ou ses slices, il aurait pu me faire beaucoup plus de peine (sic). J'avais fait un bon match mais maintenant, le jouer en France, c'est différent. Ce sera plus difficile, d'autant qu'il a déjà joué un match. Ca rend les choses toujours un peu plus dangereuses, surtout pour une entrée en matière. Il est talentueux, je l’ai déjà vu produire un très bon tennis. Il faut bien que je me prépare. C’est le début de la préparation vu que je sais contre qui je joue maintenant (sourire).» 

Propos recueillis par Julien Giovanella, au POPB.