23/06/18

Favorite, Shanice Roignot a fait respecter son statut de tête de série n.1 en dominant Sarah Iliev 6/2, 6/2 pour s’offrir son premier titre de championne de France dans la catégorie 11/12 ans sur les courts du Rueil Athletic Club. 

Née en 2007 de parents qui se sont rencontrés sur les courts de l’Académie de Zacharie Noah au Cameroun, Shanice Roignot a toujours baigné dans le tennis. Un sport qui s’est très vite transformé en véritable passion pour cette joueuse dont le coup droit et la combativité sont deux points forts déjà particulièrement développés.

Aussi calme en dehors du court qu’agressive dans ses frappes, Shanice ne nourrit aucun complexe face aux joueuses plus âgées qu’elle. Plutôt grande pour son âge : 1,65m contre 1,53m pour Sarah Iliev, trois mois plus âgée qu’elle, Shanice Roignot a imposé sa puissance dès le début de cette finale des championnats de France 11/12 ans. 

Forte de la confiance accumulée lors de ses six victoires contre l’Alsacienne, dont celle remportée en finale de la Mouratoglou Cup à Biot début juin, Shanice n’a pas semblé souffrir de la pression liée à l’événement. "Je me sentais très bien aujourd’hui. J’avais de très bonnes sensations et j’ai fait un excellent début de match, confirmait-elle ravie de sa victoire. C’est émouvant car j’attendais ce tournoi avec impatience. Avant la finale, je savais qu’il fallait que je sois agressive car je savais que si je remettais juste la balle, Sarah allait saisir sa chance et m’agresser."  Un plan de jeu appliqué à la perfection par cette jeune joueuse d’origine camerounaise par sa mère, qui, contrairement à ses précédents matches, ne s'est jamais mise en danger en finale.  "C’est l’un des matchs les plus sereins qu’elle ait fait cette semaine, analysait Roch Vidal, coordonnateur de l’année 2007 au sein de la DTN. Elle a très bien commencé physiquement, tennistiquement et mentalement donc forcément ça aide pour la suite du match. Avec son niveau de confiance en elle, quand elle fait un bon début de match comme ça, elle est compliquée à aller chercher. Et même si elle a été un peu hésitante sur quelques frappes, elle a plutôt bien géré les choses et a su mettre un coup d’accélérateur quand il fallait."

"Joueuse et motivée"

 Fière d’avoir réussi à atteindre ce qui était pour elle l’objectif de sa saison, Shanice, qui a débuté le tennis vers cinq-six ans à Nancy avant de partir s’entraîner à Biarritz cette saison voit déjà plus loin : "J’aimerais bien gagner les Petits As l’an prochain et plus tard être numéro un mondiale et gagner beaucoup de Grands Chelems… ". Cet été, la jeune fille plutôt "facile à vivre, gaie, joueuse et bonne élève" décrite par son père Didier, disputera plusieurs tournois dont normalement la Summer Cup avec l’équipe de France avant de s’octroyer une semaine de vacances en famille pour recharger les batteries avant d’attaquer une nouvelle saison. Pour marcher sur les traces de ses idoles Rafael Nadal et Serena Williams ? Affaire à suivre…