03/09/18

"Ca fait autant de bien que la première fois". Maxime Chazal ne boudait pas son plaisir, quelques heures après avoir décroché le titre de champion de France 2e série sur les terrains de Blois. Très efficace, le natif de Nouvelle-Calédonie a réussi à éviter les pièges d’un tableau délicat et à soulever le trophée pour la deuxième fois, trois ans après sa première victoire, en 2015. Une jolie récompense pour un joueur qui sort d’une saison délicate, si ce n’est "décevante" de son point de vue.

"Dans ma tête, je n’étais du tout favori soutient-il d’ailleurs. J’étais effectivement tête de série n°1, mais je suis beaucoup descendu à l’ATP cette année. Et il y avait pas mal de joueurs qui, eux, font actuellement une bonne saison. Mon jeu n’était pas vraiment en place et j’étais sobre au niveau de mes attentes Je voulais voir mon niveau, prendre les matchs les uns après les autres. Du premier jusqu’au dernier tour, je savais que tout le monde pouvait me battre. J’ai eu un premier tour compliqué, puis en quart, Manuel Guinard a dû abandonner. J’en suis désolé car je m’entends très bien avec lui. Mais je suis passé en demie avec plus de repos que prévu. Et contre Mick (Lescure), ça a alors été compliqué. J’étais assez tendu. Grâce à un ou deux points, je suis revenu dans la partie".

En finale, Maxime a alors dû croiser le fer avec Jules Marie, (N52, NOR). Ce dernier avait remporté leur dernière rencontre, début août, lors d’un Future à Bruxelles. "Jules m’avait vraiment impressionné ce jour-là, et je savais de quoi il était capable. Je suis très bien rentré dans la partie. Lui, un peu moins... Le match s’est équilibrée dans le deuxième set, et puis j’ai eu un peu de réussite à la fin". Résultat final : 6/0, 7/6[2]. Le pensionnaire du Istres Sports Tennis pouvait enfin savourer. "La première fois que j’ai gagné les 2e série, j’étais vraiment content car je n’avais jamais gagné de titres nationaux. Mais aujourd'hui, ça fait autant de bien. A la fin du match, j’étais tellement soulagé... Ça fait longtemps que je n’avais pas gagné un titre et gagner cinq match d’affilée".

Cette victoire pleine de maîtrise, le joueur de 25 ans l’attendait donc avec impatience. Mais hors de question pour lui de se contenter de cela. "Je suis déjà reparti (rires). Je ne vais pas chômer ! Apres la remise des prix, j’ai pris un train pour Paris puis un vol en Italie. Je vais faire deux ou trois "25000$" en Italie. J’aimerais revenir le plus vite possible le au niveau des qualifications de Grand chelem. Et si tout se passe bien, essayer d’aller encore plus haut !".

(EB)