01/09/13

La tête de série n°1 face à la tête de série n°2, deux jeunes filles estampillées espoirs du tennis féminin français : en ce dimanche 1er septembre, la finale du championnat de France 2e série dames s'annonçait prometteuse. Le public ne s'y était d'ailleurs pas trompé. Le court n°17 était plein à craquer, mais le spectacle n'a pas duré. En seulement 48 minutes, Irina Ramialison a confirmé son statut de favorite et conquis avec la manière son premier titre national.

"J'ai fait un match incroyable. J'ai tout rentré, j'étais sur un nuage… J'ai fait la différence au niveau de la puissance. Je suis vraiment très contente", souriait la joueuse de l'Union Sportive Orléanaise. Elle n'exagérait en rien. Euphorique, la n°21 française a tout rentré. Service, retour, coup droit, revers, elle a bombardé son adversaire de coups gagnants et souvent balayé les lignes. "Je suis désolée pour Jade, qui a perdu une quatrième finale, mais c'était mon jour…"

Effectivement, Jade Suvrijn a perdu pour la quatrième fois en finale nationale. Championne de France et championne d'Europe 15-16 ans en 2011, elle avait échoué l'année d'avant chez les "cadettes", puis l'an passé, elle avait cédé en finale du "Crit". Cette année, ce sont les 17-18 ans (après avoir eu balle de match face à Angela Leweurs) et les 2e série qui lui ont filé sous le nez. Sans doute manque-t-elle encore de puissance, à 18 ans. Mais la régularité de la joueuse de l'ASCH Montpellier est impressionnante.

Objectif Grand Chelem

Et puis Jade n'a pas de regrets à nourrir. Irina était trop forte. Cette jeune fille d'origine malgache, qui a grandi aux Antilles avant d'atterrir à Blois plus tard, possède un tennis explosif, qui pourrait lui laisser espérer mieux qu'une 325e place mondiale. Après s'être entraînée cette saison au sein de la Fédération, elle va réintégrer sa ligue l'an prochain. Avec une ambition intacte. "C'est le travail qui a payé aujourd'hui, ce n'est pas un hasard. Même si j'étais quand même un peu euphorique… Mon objectif, c'est d'intégrer le tableau des qualifications des quatre tournois du Grand Chelem en 2014. J'espère que je suis encore un espoir du tennis français. Un espoir de 22 ans !"

Avec la confiance acquise grâce à ce titre, Irina peut voir plus loin. "Je vais pouvoir me fixer des objectifs en m'appuyant sur la réussite de cette semaine. Car j'espérais que ce "Crit" soit pour moi et c'est donc le cas. C'est bon d'aller au bout de ce que l'on s'est fixé…"

(G.B.)