23/01/12

 

Son visage juvénile et son "jeune" âge (21 ans depuis le 27 décembre dernier) ne peuvent cacher une réalité : Milos Raonic est bien l'un des joueurs les plus puissants du circuit. Son service brutalise pratiquement toutes les balles qu'il frappe. Sa première balle voyage en effet très souvent à 225 km/h de  moyenne. Normal me direz-vous quand on mesure 1,96 m pour 90 kilos.

Un service et du travail

Mais le natif de Podgorica au Montenegro (il est arrivé au Canada à l'âge de quatre ans) a plus d'une arme dans son sac. Ce qui explique qu'il soit passé en un an de la 156e place mondiale (le 3 janvier 2011) à la 25e (le 9 janvier dernier au lendemain du 2e titre de sa carrière conquis à Chennai 6/7, 7/6, 7/6 contre Janko Tipsarevic).

Grand travailleur (plus jeune, son père lui faisait taper des balles de 6h30 du matin à 9h pour profiter de tarifs de location de court intéressants), Raonic s'est ainsi doté d'un déplacement remarquable pour son grand gabarit. Son coup droit est lourd, sa volée tranchante. Surtout, il apprend très vite.

Formé par des Français

Formé par les Français Louis Borfiga et Guillaume Marx au centre national du tennis canadien, l'actuel protégé de l'Espagnol Galo Blanco (Milos s'entraîne souvent à Barcelone) a ainsi brillé sur terre battue en 2011. Lui qui n'avait jamais disputé de tournoi ATP sur la surface à atteint les huitièmes de finale à Monte-Carlo et les demi-finales à Estoril. Voilà qui en dit long et qui promet pour Vancouver…

Battu au 3e tour à Melbourne par Lleyton Hewitt, Raonic s'est ainsi immédiatement projeté sur le premier tour de Coupe Davis contre la France. C'est seulement la quatrième fois que le Canada figure dans le groupe mondial après 1991, 1992 et 2004.

"J'attends beaucoup ce test"

"C'est une belle occasion non seulement de jouer dans le groupe mondial mais aussi d'affronter de grands joueurs, a expliqué Raonic au micro de la Fédération internationale. Pour moi c'est un test que j'attends beaucoup." Moteur du tennis canadien ("Depuis mon huitième de finale à l'Open d'Australie 2010, il y a de plus en plus de tennis à la télévision chez nous", remarque-t-il), Milos y voit une grande opportunité.

"Cette rencontre à Vancouver va aider à développer notre sport, prévoit-il. Affronter la France au 1er tour, ça signifie aussi qu'il n'y a pas qu'un Canadien qui joue bien. Mes partenaires seront aussi dans la lumière. Le travail accompli paye." Les Français sont prévenus. Milos Raonic ne sera pas seul en Colombie Britannique.