04/09/18

Comment avez-vous appris cette sélection ?
Avant de prendre l'avion pour revenir en France, Yannick Noah m'a appelé. Je lui avais déjà parlé auparavant, car je voulais qu'il sache à quel point j'étais motivé à l'idée de jouer en Coupe Davis. J'ai été très touché par la nouvelle. J'avais fait pas mal d'appels pour entrer dans cette équipe de France par le passé. Je voulais vraiment vivre cette aventure collective.

Que ressentez-vous ?
L'appel de Yannick, c'est de la fierté et du bonheur. C'est exceptionnel pour moi, d'autant que ce sera une demi-finale face à l'Espagne devant le public français, avec mes copains.

Quel est votre rapport avec la Coupe Davis ? Quels souvenirs de cette épreuve vous ont marqué ?
J'ai toujours adoré cette épreuve. J'ai suivi les victoires avec Yannick sur la chaise, celle de 1996 notamment. Il y a eu cette défaite de Paul-Henri Mathieu dans le cinquième match décisif, qui m'a beaucoup marqué, lors de la finale 2002. Je suis très proche de "Paulo". La Coupe Davis, c'est plein de grands moments pour le tennis français. J'ai toujours rêvé de faire partie de l'équipe de France. Après, le plus important, c'est bien sûr de pouvoir apporter un ou plusieurs points si on me le demande !

Que connaissez-vous de la personnalité de Yannick Noah ? Etes-vous impatient de travailler sous ses ordres ?
Bien sûr ! Je suis déjà impatient que le stage débute. Je suis impatient de me retrouver avec les autres joueurs, avec le staff. C'est vrai que Yannick et moi, on se connaît peu. Il ignorait mon attachement à la Coupe Davis. On a beaucoup discuté, non seulement à l'US Open mais aussi à Roland-Garros. J'ai hâte de le découvrir un peu plus.

Comment voyez-vous le défi qui attend l'équipe de France ?
Ca va être énorme de jouer l'Espagne devant notre public. La dernière fois que j'étais venu à Lille, c'était pour commenter la finale face à la Suisse en 2014. L'ambiance était énorme. Nadal ? Peu importe qui jouera en face, je suis comme un dingue d'être en équipe de France. Si je suis sur le court, je donnerais le maximum pour essayer de gagner y compris face à Nadal. Quel que soit le nom de mon adversaire, j'y crois.