23/11/18

Au moment d'entrer sur le court pour défier le n°7 mondial, Jo-Wilfried Tsonga n'a qu'une idée en tête : remettre la France à égalité avec le Croatie. Après la défaite de Jérémy Chardy, Jo n'est pas dans les conditions idéales. Le Manceau manque de compétition et son adversaire, Marin Cilic, arrive directement du Masters de Londres... Le défi n'est pas simple. Mais on connaît son caractère. Jo revient de loin, de nulle part ou presque, lui qui n'a pratiquement pas joué dans la saison.

Le public réserve une belle ovation à l'annonce de son nom, mais Tsonga est pris à la gorge en ce début de match mené tambour battant par Marin Cilic. Impressionnant au service (il ne va concéder qu'un seul point au total du premier set, sur un enchaînement service-volée un peu gonflé...), le vainqueur de l'US Open 2014 réussit un break décisif dans le sixième jeu, grâce à la qualité de ses retours et de ses frappes en fond de court. Le Français a cédé en revers.

Le premier acte est donc en faveur de Cilic, 6/3 en 36 minutes. Le deuxième va être d'une autre tenue. Même si Cilic est toujours aussi vif, aussi précis, Jo a du répondant. Il s'octroie même ses premières balles de break du match à 4-3, 15-40. Mais le Croate ne tremble pas, malgré un public bouillant et un adversaire prêt à rugir.

Et ce que l'on pouvait craindre se produit. Après s'être sorti de ce mauvais pas, Cilic se déchaîne et réussit plusieurs retours exceptionnels à 5-5. Le break en poche, il s'adjuge la deuxième manche sans trembler, 7/5, sur un jeu blanc, d'un smash imparable.

Tsonga touché, les Bleus pas coulés

Le match, il faut le dire, est d'un très bon niveau. Tsonga ne lâche pas mentalement malgré la situation. A 2-1, il se procure même deux balles de 3-1 sur un coup droit destructeur qui fait chavirer le stade. Mais Cilic est monstrueux. Il enchaîne trois énormes premières balles suivie de coups de boutoir imparables.

Comme au deuxième set, le mauvais scénario se répète pour les Bleus. Ces occasions manquées par le Français, ou plutôt annulées avec brio par le Croate, pèsent lourd. Car au jeu suivant, c'est Cilic qui fait le break. Cette fois encore, il a délivré quelques retours ultra précis. Et Jo, qui a semblé touché aux adducteurs sur un appui un peu fort, commet une double faute... 3-2 Croatie.

Le 259e mondial sort du court. Il revient après une bonne dizaine de minutes d'arrêt, en évitant de descendre sur le court par la rampe principale. On le sent précautionneux avec ses appuis. Un peu au bluff, il obtient une balle de débreak grâce à deux beaux retours amortis... gommée par Cilic d'un ace sur le T à 218 km/h.

Le Croate est fait d'acier. Mais la blessure du Français fait mal au coeur, vraiment. Jo ne renonce pas malgré une gêne évidente. Mais il ne peut faire son retard et s'incline 6/3, 7/5, 6/4 en 2h24.

Les Bleus, menés 2-0 à l'issue de la première journée, sont secoués. Mais pas coulés...

Note
Le dernier come back de la France après un retard de 2-0 date du quart de finale 2014 face à l'Allemagne, à Nancy.