07/04/18

Choisis par Yannick Noah pour défendre les chances de la France dans un double crucial, comme au premier tour face aux Pays-Bas, Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert ont encore une fois parfaitement rempli leur mission pour apporter un deuxième point à la France, en dominant la paire Fognini/Bolelli  6/4, 6/3, 6/1.

Conscients de l’importance du point, les Bleus sont très vite entrés dans leur match. Visages fermés dès l’entraînement du matin, ils sont restés concentrés du premier au dernier point. Après un début de match équilibiré, les deux amis sont peu à peu montés en puissance, à partir de 4-4.

Solides au service, ils se sont procurés les premières balles de break du match à 5-4, bien aidés par deux double-fautes consécutives de Bolelli. Le premier set a basculé sur un coup droit gagnant de P2H. 6/4.

Les Bleus ont même remporté six jeux consécutifs pour se détacher 4-0 double-break dans la deuxième manche. Deux smashes boisés et une double-faute sur le service de Mahut ont mis fin à cette belle série. Mais, malgré un autre jeu de service perdu par Herbert, les Bleus ont toujours conservé un break d’avance.

Suffisant pour boucler la manche 6/3 sur une superbe demi-volée de Mahut long de ligne et assommer les Italiens, à l’image de Fabio Fognini, dépité.

Impuissant face à la précision des Français et leur solidité au filet, le numéro italien a multiplié les fautes directes dans la deuxième moitié de la rencontre. Breaké dès le début de la troisième manche, il est complètement sorti du match au grand dam de son capitaine, Corrado Barazzutti, sans solution sur sa chaise.

Un peu seul et constamment mis sous pression par les Bleus, Simone Bolelli n’a lui non plus pas réussi à élever son niveau de jeu, offrant dans le 3e set un double break d’avance aux Français (3-0) qui n’en demandaient pas tant.

Moins de vingt minutes plus tard, un dernier retour gagnant de Nicolas Mahut assurait la victoire des Bleus. 6/4, 6/3, 6/1 en 1h54. La France mène 2-1 avant les simples de dimanche. 

"On est très contents, on a fait le match qu'on voulait faire. On a appliqué à la lettre la tactique qu'on avait envisagée avant le match, c'est à dire être percutants et je pense que c'est aussi ce qui les a le plus handicapés aujourd'hui, commentait Nicolas Mahut après la rencontre. "Fognini n'était pas à son meilleur niveau mais Bolelli a eu lui aussi des trous et je pense que c'est dû au fait qu'on était vraiment un bloc", ajoutait Pierre-Hugues Herbert. 

 

 

 

A Gênes, Amandine Reymond