14/09/14

Gaël Monfils
« C’était dur de revenir jouer aujourd’hui. On avait déjà décompressé d’une certaine façon. Et puis, on ne s’attendait pas à voir autant de personnes présentes. Avec Arnaud, on s’était dit qu’il fallait mettre de l’intensité dès le début. Mais Lukas Rosol m’a surpris, il n’a pas fait beaucoup de fautes. Comme Julien avait perdu, je ne voulais pas perdre à mon tour.

Pour moi, cette finale, c’est surtout une nouvelle chance. Je reste sur la déception d’avoir perdu la dernière (en 2010). Ça représente une nouvelle opportunité de marquer de notre empreinte le tennis français et mondial. Je l’attends avec impatience. »

Richard Gasquet
« C’est le rendez-vous ultime de recevoir une équipe comme ça. Federer est un monument du tennis. C’est beau de la jouer, mais le plus important est de la gagner. »

Julien Benneteau
« La finale se suffit à elle-même, même si la Suisse avec Federer, qui veut remporter le seul titre qui lui manque, ajoute une note royale à cette finale déjà grandiose. »

Jo-Wilfried Tsonga
« Je ne crois pas que la surface va jouer un grand rôle dans cette finale, tout se jouera sur l’envie. France-Suisse, c’est une affiche qui apporte un plus pour le grand public. Ça fait longtemps qu’il n’y a pas eu une finale avec autant de bons joueurs. Mais au fond, ça reste une finale et il faut absolument aller chercher le trophée pour se rappeler les bons souvenirs. »

Gilles Simon
« Roger Federer joue plus direct que Stan Wawrinka. Il joue en deux ou trois frappes et cherche à aller vite. Sa balle est d'ailleurs plus rapide que celle de Wawrinka, qui est plus lourde. Il veut faire mal très vite. Et d'ailleurs, quand il est en difficulté, il va encore plus au filet. Ce sont deux joueurs très offensifs. Roger est plus constant, mais Stan peut élever considérablement son niveau. »

Jean Gachassin, président de la FFT 
« Dans cette équipe de France, on sent de la solidarité et le plaisir de vivre et de jouer ensemble. Pour notre fédération et nos clubs, c'est la plus belle des promotions pour notre sport (…) Quant à la finale, c'est une belle affiche pour tous les amoureux du tennis. D'un côté, notre équipe plus motivée que jamais, et de l'autre une formation suisse avec dans ses rangs des joueurs monstrueux comme Federer et Wawrinka (…) Nos Tricolores vont aborder cette finale avec un état d'esprit conquérant parce qu'on joue chez nous et que Federer n'est pas imbattable. Jo (Tsonga) a montré l'exemple récemment à Toronto (…) Je suis optimiste quant à l'issue de cette finale. On va gagner ! »

Francesco Ricci-Bitti, président de la FIT
« Comme toujours, quand la France organise une rencontre de Coupe Davis, l'accueil est exceptionnel. J'ai beaucoup aimé la réaction du public venu nombreux  lors de cette troisième journée, alors que le résultat était acquis dès samedi (…) Pour ce qui est de la finale, la bonne nouvelle est qu'elle va avoir lieu en France, un pays habitué à recevoir de grands événements. Sur le plan sportif, on a une équipe de France qui va essayer de remporter un dixième Saladier, et de l'autre une nation qui voudra inscrire son nom pour la première fois dans cette épreuve, avec dans ses rangs un joueur extraordinaire, Roger Federer. »

Jean-François Martin, adjoint à la mairie de Paris chargé des sports et du tourisme 
« La différence par rapport au tournoi de Roland-Garros, c'est l'immense ferveur que l'on perçoit derrière les équipes. C'était le cas ce week-end avec les Bleus. J'ai beaucoup aimé le show de Monfils (…) Maintenant, on attend avec impatience la finale et on aurait aimé qu'elle se déroule à Paris. Peu importe la ville qui va l'accueillir, on sera de toute façon derrière cette belle équipe de France. »