22/04/17

 

Après un début de match compliqué où elle s’est rapidement retrouvée menée 4-1, Pauline Parmentier, 64e mondiale, a parfaitement réagi pour s’imposer 6/4, 6/2 face à la numéro un espagnole Sara Sorribes Tormo, 82e, et apporter un deuxième point à l’équipe de France.

 

Les choses avaient pourtant vraiment mal débuté pour Pauline Parmentier. Visiblement tendue, la Nordiste a eu toutes les peines du monde à trouver du relâchement dans ses frappes en début de rencontre. Coupable de 39 fautes directes dans le premier set, elle s’est rapidement retrouvée menée quatre jeux à un, double break avant de réagir.

Dans un jeu de plus de 18 minutes et neuf égalités, Pauline Parmentier a fait basculer le match en récupérant un de ses deux breaks de retard sur sa 6e occasion du jeu . "Elle a même eu une balle de 5-1, et dans ce cas-là ça n’aurait pas été la même histoire. C’était vraiment un jeu très important et je suis contente de l’avoir remporté et d’avoir bien enchaîné derrière", analysait la numéro deux des Bleues après la rencontre. Plus patiente dans l’échange elle a peu à peu repris le contrôle du jeu en frappant la balle plus tôt pour avancer dans le terrain avant de venir régulièrement conclure au filet. Une stratégie plus que payante qui lui a permis de remporter cinq jeux consécutifs pour s’adjuger la première manche après 54 minutes d’efforts.

Dans une ambiance survoltée, Pauline Parmentier a continué sur sa lancée en remportant son premier jeu de service blanc. Après avoir cédé son engagement à 1-1, la Française a une nouvelle fois serré le jeu pour égaliser et reprendre l’avantage. En multipliant les montées au filet et les variations du fond du court, elle a pris un ascendant définitif en se détachant 5-2.

Après un superbe clapping général lancé par les supporters au changement de côté, Pauline Parmentier, regonflée à bloc par son capitaine n’a pas manqué sa première occasion de conclure le match sur le service de son adversaire 6/4, 6/2 après 2h18 de combat et signer sa première victoire en simple en équipe de France depuis 2012. "C’est clairement une victoire sur moi-même parce que j’en ai vécu pas mal des matches comme ça dans ma carrière et parfois j’ai tendance à creuser mon trou moi-même mais là je me suis forcée à rester positive à me dire 'ça va tourner, ça va tourner'. Au début du match Yan’ essayait de me calmer et après quand je suis remontée il me disait de profiter. Parfois quand je le regardais il était complètement possédé", rigolait-elle après le match. Samedi soir, la France mène 2-0 face à l'Espagne. 

 

Amandine Reymond, à Roanne