14/04/17

Les 22 et 23 avril, la France recevra l'Espagne à Roanne pour tenter de conserver sa place dans le groupe mondial. Une rencontre qui s'annonce électrique entre deux des grandes nations du tennis moderne. Si la France s'était imposée en 1997 et 2003 avant d'atteindre la finale en 2004, 2005 et 2016, l'Espagne, qui a régné sur la Fed Cup dans les années 90, avec cinq titres et cinq finales entre 1989 et 2002, n'a rien à nous envier. Retour sur cette période dorée du tennis féminin espagnol. 

Au plus fort de leur domination, les Espagnoles emmenées par Arantxa Sanchez-Vicario et Conchita Martinez n’ont laissé que des miettes aux autres nations en s’adjugeant le trophée en 1991, 1993, 1994, 1995 et 1998. Et seuls les Etats-Unis (1989, 1996 et 2000), l’Allemagne (1992) et la Slovaquie (2002) ont réussi à stopper l’armada ibérique en finale. 

1991, le premier titre

Après une première finale en 1979, l’équipe d’Espagne, qui compte désormais dans ses rangs Arantxa Sanchez-Vicario et Conchita Martinez, atteint ce stade de la compétition pour la deuxième fois en 1989. Mais face aux Etats-Unis de Chris Evert et Martina Navratilova, les Espagnoles ne peuvent rien faire. Après une demi-finale en 1990, les Espagnoles conquièrent enfin leur premier titre en 1991 en prenant leur revanche sur les Etats-Unis. Les choses commencent pourtant mal sur les courts de Nottingham en Grande-Bretagne où a lieu la finale. Mais après la défaite de Conchita Martinez face à la jeune Jennifer Capriati (4/6, 7/6, 6/1), Arantxa Sanchez-Vicario ramène son pays à égalité en dominant Mary Joe Fernandez (6/3, 6/4) avant d’offrir une première Fed Cup à l’Espagne en s’imposant dans le double avec Conchita Martinez face à la paire Fernandez/Garrison (3/6, 6/1, 6/1).

1993-1995, une domination sans partage

En 1992, les Espagnoles s’inclinent en finale contre l’Allemagne de Steffi Graf et Anke Huber mais elles récupèrent le trophée en 1993 en dominant l’Australie après avoir battu la France de Julie Halard et Nathalie Tauziat en demi-finale. Grâce à Arantxa Sanchez-Vicario et Conchita Martinez qui sont toujours en tête du record de victoires en Fed Cup avec 72 succès (72-28) dont 50 en simple (50-22) pour la première et 68 victoires (23 défaites) dont 47 en simple (18 défaites) pour la deuxième, l’Espagne ne laisse aucune chance à ses adversaires. Ensemble, les deux joueuses détiennent également toujours le record de la paire de double la plus efficace (18 victoires) et du plus grand nombre de victoires consécutives en double (16).

En 1994, elles écrasent encore la concurrence. Comme l’année précédente, Arantxa Sanchez-Vicario termine la campagne invaincue. Conchita Martinez concède elle une seule défaite (face à l’Allemande Sabine Hack en demi-finale). Un revers sans conséquence puisque les Espagnoles s’imposent finalement 2-1 en remportant le double décisif avant de dominer les Etats-Unis 3-0 le lendemain en finale pour s’adjuger leur quatrième titre en cinq ans.

En 1995, les Espagnoles ne manquent pas l’occasion de s’imposer pour la première fois devant leur public en s’imposant en finale à Valence contre les Etats-Unis. Défaites en finale en 1996, elles sont éliminées, à la surprise générale, dès le premier tour en 1997, battues 5-0 par les Belges en l’absence de Conchita Martinez blessée.

1998, cinquième et dernier titre

Après avoir conservé leur place dans le groupe mondial en dominant l’Australie en barrages, les Espagnoles succèdent à la France au palmarès de la compétition en 1998 en remportant une cinquième Fed Cup (la dernière à ce jour) grâce à une victoire sur la Suisse en finale. Malgré deux nouvelles finales en 2000 et 2002, Arantxa Sanchez-Vicario  et Conchita Martinez ne soulèveront plus le trophée de la Fed Cup. Après la retraite d’Arantxa Sanchez-Vicario en 2002, Conchita Martinez disputera encore deux rencontres sous le maillot espagnol avant de quitter le circuit en 2006.

Depuis, l’Espagne peine à retrouver le devant de la scène. A part une finale perdue contre la Russie en 2008, l’équipe espagnole qui peine à réunir ses meilleures joueuses, a plus souvent lutté pour le maintien ou le retour dans le groupe mondial que pour le titre ces dernières années. Cette fois elles devront composer avec l’absence de leurs deux meilleures joueuses Garbiñe Muguruza (tenante du titre de Roland-Garros) et Carla Suarez Navarro. Aux Françaises d’en profiter ! 

 

Amandine Reymond