10/02/19

Après sa victoire sur Elise Mertens, Caroline Garcia est passée en conférence de presse, suivie un peu plus tard par son capitaine Julien Benneteau qui s'est félicité de la victoire de son équipe à Liège face à une équipe belge qu'il redoutait. Les 20 et 21 avril, la France recevra la Roumanie pour tenter de décrocher une place en finale. 

 

Caroline Garcia : "La balle de match était assez incroyable. Le lob lifté est plutôt pas mal mais finalement sa balle revient dans le terrain et c’est pas facile à jouer avec tout le monde debout mais c’était simplement de la joie pure et simple car c’est une victoire importante pour moi et pour l’équipe.

J’étais contente d’être sélectionnée, contente que Julien me mette sur le terrain et que je puisse m’y exprimer comme je l'ai fait. Le match d’aujourd’hui est bien meilleur que celui d’hier, il le fallait car Mertens est une joueuse solide. C’est une combattante et peu importe le score elle est se bat et est toujours là, elle est toujours là. Faire des matches comme ça c’est vrai que ça donne confiance, les choses se mettent en place progressivement, le tennis est toujours là, il faut se faire confiance."

 

Julien Benneteau : "Je suis vraiment un capitaine comblé et heureux ce soir. Ce n'était pas gagné d'avance! Je suis très content du niveau de jeu de Caroline aujourd’hui. C’était plus élevé qu’hier et le fait d’être capable de battre une top 20 chez elle en faisant preuve d’autant de justesse dans le jeu à la fois sur le plan technique et tactique c’est vraiment hyper intéressant. J’espère qu’elle était contente de ça et que ça peut l’aider pour la suite de sa saison.

C’est une première étape de passée, on se retrouve en demi-finale, c’est top. Je suis très heureux pour les filles, tout le staff. C’est top d’être récompensés par ce genre de résultat. J’ai aimé ce que j’ai vu ce week-end et j’espère que ça va continuer comme ça. La prochaine rencontre est dans longtemps donc beaucoup de choses peuvent se passer sur le circuit. La vérité du moment n’est pas forcément celle de dans deux mois c’est pour ça que j’essaie de maintenir concernées les cinq filles que j’avais ici cette semaine."