Les paris sportifs

Être bien informé

Les paris sportifs, en forte augmentation depuis l'émergence d'internet il y a une quinzaine d'années, peuvent constituer, s'ils ne sont pas surveillés et régulés, un véritable danger pour le tennis et le sport en général. Aux côtés de l’Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL) () et de la Tennis Integrity Unit (TIU), la Fédération Française de Tennis a été l'un des précurseurs en matière de lutte contre ce risque.

 

Pourquoi les paris sportifs peuvent-ils constituer un danger pour le tennis ?

Avec l'avènement d'internet, le jeu en ligne s'est démocratisé. Les opérateurs sont désormais accessibles partout dans le monde et ont développé une offre très attractive et quasiment illimitée en matière de paris. L'appât du gain, tant pour les joueurs que pour les opérateurs, peut amener à des tentatives de manipulations ou trucages de rencontres, mettant évidemment en danger l'intégrité sportive. Le tennis, deuxième sport de paris après le football, est particulièrement exposé. En effet, ce sport individuel offre notamment la possibilité de tenter de truquer des rencontres en n'ayant qu'une seule personne à convaincre.

Le pari sportif est également devenu le terrain d'expression idéal pour le crime organisé. La plupart des affaires de manipulation dans le monde ne sont pas conçues par les sportifs eux-mêmes, mais bien par l'intervention de mafias, en vue de réaliser des gains importants, voire de blanchir de l'argent. Les paris sportifs peuvent donc être une source potentielle d'atteinte à l'intégrité du sport et de ses acteurs.

Or l'intégrité est une valeur essentielle du sport qui doit impérativement être préservée, afin notamment de ne pas léser le public ni les pratiquants. Le trucage de rencontre, à l'instar du dopage, doit donc être combattu sans relâche avec la plus grande fermeté.

 

Comment lutter contre les dangers de trucages ou de manipulations ?

Les méthodes pour y parvenir varient selon les pays. La France a adopté un système de monopole pour les paris en dur (Française des Jeux) et de licences pour les paris en ligne. Les bourses d'échange ou les paris fourchettes sont en revanche interdit dans l'Hexagone.

L'ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux en ligne) a été instaurée en France dès 2010 – dans le cadre de l'adoption de la loi du 12 mai 2010 – pour réguler les jeux en ligne. Cette autorité administrative indépendante délivre les agréments permettant de proposer des paris en ligne sur le territoire français. A ce jour, un seul opérateur peut proposer en France des paris sportifs en dur (Française des Jeux), et onze opérateurs peuvent proposer des paris en ligne (lien ci-dessous). Ayant un rôle prépondérant dans la lutte contre les dérives, l'ARJEL s'assure également de la sécurité et de la sincérité des opérations de jeux. Enfin, elle combat les sites illégaux, la fraude et le blanchiment d'argent.

Les fédérations sportives sont évidemment impliquées, elles aussi, pour lutter contre d'éventuelles manipulations des rencontres sportives. La FFT l'est d'autant plus, en tant qu'organisatrice d'un événement mondial : les Internationaux de France de Roland Garros.
La loi du 12 mai 2010, relative à l'ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d'argent et de hasard en ligne, a également consacré ce qu'on appelle le « droit au pari » : les organisateurs de compétitions sportives, qui avaient déjà un droit de propriété sur l'exploitation des manifestations sportives qu'ils organisent, ont depuis cette loi un droit élargi à l'organisation de paris sportifs sur lesdites manifestations. Ce droit de propriété poursuit trois objectifs : rémunérer l'investissement des institutions sportives pour organiser leurs compétitions, sans lesquelles les opérateurs ne pourraient proposer de paris ; constituer un outil de préservation de l'intégrité en donnant notamment aux organisateurs les moyens de mettre en place des dispositifs anti-fraude ; créer une concertation entre les organisateurs et les opérateurs agréés.

Concernant Roland-Garros, organisé par la FFT, il est important de souligner que ces ressources générées par les paris sportifs ne représentent en aucun cas une manne financière. La FFT dépense en effet la majeure partie de ce qu’elle reçoit au titre du droit au pari, afin de lutter contre les risques liés aux paris sportifs.

La législation en vigueur interdit à tous les acteurs d’une compétition sportive (sportifs et organisateurs) d’engager, directement ou par personne interposée, des mises sur des paris reposant sur l’épreuve à laquelle ils participent ou qu’ils organisent. Afin de contrôler efficacement le respect de cette règle, une fédération sportive peut demander à l'ARJEL de rapprocher la liste des acteurs d’une compétition sportive avec les informations sur les opérations de jeux en ligne, détenues par les opérateurs de jeux, sur ces mêmes compétitions. En cas d'infraction, la fédération concernée est alors en mesure d'engager d’éventuelles sanctions disciplinaires.

 

Les actions de la Fédération Française de Tennis

Au-delà de sa collaboration avec l'ARJEL, la FFT travaille également étroitement avec la TIU constituée par l'ITF, l'ATP, la WTA et l'association des tournois du Grand Chelem. Des règles strictes ont, là aussi, été mises en place. Parmi elles, tout joueur objet ou au courant d'une démarche de corruption a l'obligation d'en informer immédiatement la TIU.


Au niveau national, la FFT a mis en place un vaste plan de prévention et de sensibilisation, visant l'ensemble des populations exposées et particulièrement les plus jeunes. Enfin, un large dispositif de surveillance est mis en place depuis plusieurs années pendant les Internationaux de France de Roland-Garros.

Des sanctions allant du simple avertissement à une amende, ou encore une suspension, une inéligibilité ou une radiation, peuvent être encourues.


Pour plus d’information sur la TIU : http://www.tennisintegrityunit.com

 

 Les paris liés au tennis autorisés en France 

Au tennis, il est notamment possible, à ce jour, de parier sur : 


- les tableaux finaux de simple des Masters 1000, 500 et 250 Series et ATP World Tour Finals, ainsi que sur certains matches de double ;


- les tableaux finaux de simple des tournois WTA et certains matches de double ;


- les matches à enjeux de Coupe Davis et Fed Cup ;


- les tableaux finaux messieurs et dames des tournois du Grand Chelem, ainsi que le dernier tour des qualifications et certains matches de double ;


- les tableaux finaux de simple messieurs et dames des Jeux Olympiques, ainsi que les petites finales et finales des doubles. 


Il n'est en revanche pas permis de parier sur les tournois Challengers ou ITF.

 

La liste détaillée des supports autorisés de paris est disponible sur le site de l’ARJEL : http://www.arjel.fr/-Tennis-.html

 

Les onze opérateurs ayant reçu l'agrément de l'ARJEL pour les paris en ligne :


- B.E.S. SAS (bwin.fr)

- Betclic Enterprises Limited (betclic.fr)

- France Pari (france-pari.fr - feelingbet.fr)

- Geny Infos (genybet.fr)

- JOAonline (joaclub.fr - joa-club.fr - joa-online.fr - joaonline.fr)

- La Française des Jeux (parionsweb.fr - parionsweb.fdj.fr - enligne.parionssport.fdj.fr)

- NETBET FR (netbet.fr - netbetsport.fr - netbetpoker.fr)

 - Pari Mutuel Urbain (pmu.fr)

- SPS Betting France Limited (unibet.fr)

- Winamax (winamax.fr)

- Zeturf France Limited (zeturf.fr - zebet.fr)