Type
Le centenaire

"Le centenaire en fil rouge"

La FFT fêtera ses 100 ans le 20 octobre 2020. Marie-Christine Peltre, vice-présidente de la FFT chargée de la culture, nous précise le programme de cette célébration.
Texte

En tant qu’agrégée d’Histoire et vice-présidente en charge de la culture, vous devez être particulièrement sensible à la célébration du centenaire de la FFT ?
Bien sûr, il y a une forme d’excitation, de fierté, même si nous l’abordons avec humilité. Notre volonté est de mettre en avant tout au long de l’année ces repères communs à la “famille tennis”, et de se souvenir qu’en octobre 1920 des gens ont eu l’idée de créer la Fédération Française de Lawn Tennis. Notre souhait est de faire de ce centenaire un fil rouge en créant, à l’aide de notre service culture, le plus d’événements possible. En étant à la fois enracinés dans le passé et tournés vers l’avenir.

Quand le lancement officiel est-il prévu ?
La carte de voeux numérique du 1er janvier a marqué le début des célébrations. Nous avons aussi et surtout créé une identité graphique incarnée par un logo FFT revisité, qui sera arboré par toutes les équipes de France, notamment en Coupe Davis et Fed Cup en 2020. Le Centenaire se déclinera au travers de différentes approches, que ce soit l’habillage de lieux, la création d’objets souvenirs ou des actions plus pédagogiques. Les clubs vont recevoir une affiche, ainsi qu’un motion design (animation graphique) qui leur permettra de diffuser largement l’Histoire de notre fédération. Nous prévoyons également une exposition, dont les fichiers numériques seront mis à disposition des ligues, comités et clubs, afin que ceux qui le souhaitent puissent exploiter dans leurs lieux ce moyen de communiquer.

À travers ces réalisations, qui impliquent tous les services de la FFT, nous voulons raconter notre Histoire, mais aussi donner l’image d’une fédération moderne, visionnaire et innovante. Ce centenaire est pour nous l’occasion de permettre à tous une exploration de nos trésors patrimoniaux et des archives tout en réfléchissant à ce que sera la fédération de demain.

On retrouve cette réflexion dans le livre du Centenaire que prépare la FFT ?
Exactement. Nous avons demandé à une quinzaine d’universitaires de travailler sur notre Histoire, sur l’évolution de notre sport, qui fut à l’origine balnéaire et aristocratique, et qui s’est ensuite beaucoup transformé et démocratisé. Bien des sujets seront abordés dans cet ouvrage, les 40 ans d’affiches de Roland-Garros réalisées par de grands artistes mais aussi des Histoires de clubs. Tous les présidents de clubs recevront ce livre sous forme de clé USB.

Les clubs, les comités et les ligues sont donc associés à cette célébration ?
Cet anniversaire existera à travers l’ingéniosité, la volonté de chacun de distiller, chaque fois que l’occasion se présentera, l’esprit de la grande famille du tennis. L’Histoire de la fédération française est l’affaire de tous. C’est une belle et riche Histoire, prenons plaisir à la partager tous ensemble. Les présidents de clubs centenaires seront conviés à l’inauguration du toit du Philippe-Chatrier et tous les présidents de clubs à une célébration lors du RPM 2020. Je rappelle que la date anniversaire du centenaire est le 20 octobre. Nous allons enfin lancer un concours dans les écoles de tennis afin que les plus jeunes imaginent la fédération et leur club dans 100 ans.

Citation
Nous voulons raconter notre Histoire, mais aussi donner l’image d’une fédération moderne, visionnaire et innovante.
Auteur
Marie-Christine Peltre
Twitter quote
Texte

Quelles sont pour vous les grandes dates de la FTT ?
Elles sont souvent liées à l’extension du stade de Roland-Garros puisque la fédération organise et gère ce merveilleux tournoi. La présidence de Philippe Chatrier (1972-1992) a constitué un moment fort, car ce dernier était visionnaire : il a présidé au destin du tennis international tandis que son secrétaire général Jean-Claude Collinot l’a développé sur le plan national. Les années 1980, avec la victoire de Yannick Noah à Roland-Garros, se caractérisent par un large plan de construction de courts et un boom des licenciés qui atteignent le chiffre de 1 300 000 en 1985. Mais la toute récente victoire des Françaises en Fed Cup, à Perth face à l’Australie, constitue aussi un moment fort, car elle montre que sans partir favorites, nos joueuses ont su se transcender grâce à leur esprit d’équipe. Je n’oublie pas non plus la victoire de Mary Pierce à Roland-Garros dont on va célébrer le vingtième anniversaire en 2020.

Selon vous, de ce siècle d’Histoire, peut-on dégager un événement fondateur ?
Oui, plusieurs même. Je pense à la création de notre système de classement, unique au monde, et des compétitions qui l’accompagnent. Mais également la structuration de notre territoire sous forme de ligues, avec des gens passionnés (bénévoles, dirigeants, enseignants, etc.), qui se démènent pour faire vivre et développer le tennis. Il y a aussi toutes ces aides fédérales distribuées aux clubs, aux ligues, aux comités, qui sont parfois tellement anciennes qu’on pense que « ça va de soi », alors qu’il s’agit d’un système exceptionnel. La digitalisation, si naturelle pour les jeunes nés avec des smartphones et des ordinateurs, est également en train de révolutionner le tennis français.

On constate que la pratique du tennis et de la compétition est “réinventée” par la FFT…
Oui nous travaillons beaucoup sur la nouvelle école de tennis, car on avait oublié que c’est le match qui crée l’émulation, l’envie de progresser. Nous avons mis en place des TMC, des matchs libres, car après le succès de la compétition libre lancée chez les jeunes, la FFT a validé la mise en place de la compétition libre pour les adultes NC/4e Série à partir du mois d’avril 2020. Des compétitions qui n’obligent pas les participants à s’acquitter de droits d’inscription, et qui sont complémentaires de nos tournois traditionnels ou de nos matchs par équipes qui génèrent une ambiance si particulière et un sentiment d’appartenance. Car la grande majorité des pratiquants de tennis loisirs ne faisait plus de matchs. C’est en train de changer. Propos recueillis par Baptiste Blanchet

 

Des dates fondatrices
1920 ➜ Création de la Fédération Française de Lawn Tennis
1923 ➜ La FFLT reconnue d’utilité publique
1927 ➜ Victoire des Mousquetaires en Coupe Davis
1928 ➜ Construction du stade Roland-Garros
1944 ➜ Match de la Libération. La FFLT reprend ses activités après la Seconde Guerre mondiale
1947 ➜ Les comités régionaux deviennent des ligues régionales
1947 ➜ Première commission de tennis féminin présidée par Simonne Mathieu
1963 ➜ Gil de Kermadec nommé premier Directeur Technique National.
1972 ➜ Philippe Chatrier élu Président de la FFLT. Quitte ses fonctions en 1992
1985 ➜ Plan d’action pour la construction de courts
1994 ➜ Inauguration du court Suzanne-Lenglen au stade Roland-Garros
2003 ➜ Ouverture du premier musée consacré au tennis français
2017 ➜ Intégration du paratennis
2019 ➜ Inauguration du court Simonne-Mathieu

Interview parue dans Tennis Info n°518

1